Meurtres à Collioure

Le duo Helena Noguerra-Stéphane Freiss forme un couple complice pour résoudre une enquête qui dévoile un pan sombre de l'histoire de la région pyrénéenne.

meurtre_2_-_rtbf

Dans ce douzième opus de la collection « Meurtres à », nous découvrons la belle région des Pyrénées-Orientales, entre Perpignan et la frontière espagnole. Sur les hauteurs du joli port de Collioure, le cadavre d’une jeune femme est découvert dans un tonneau rempli de clous et de tessons qui s’est écrasé sur une voiture. La gendarme Alice Castel est chargée de l’enquête et doit collaborer, bon gré mal gré, avec l’officier de police judiciaire de Perpignan, Pascal Loubet.

Ils découvrent rapidement que les circonstances macabres de ce crime semblent avoir été inspirées par une légende médiévale de Paracols. Le mari de la victime, le peintre Pierre Castaldi devient vite le premier suspect. Réputé jaloux et violent, il voit s’accumuler les preuves contre lui. Cependant, ce coupable désigné nie avec vigueur et les enquêteurs décident de poursuivre leurs recherches malgré les pressions de leurs supérieurs. D’autant que la victime, petite-fille d’un républicain espagnol, enquêtait sur la mort de son grand-père, tué dans le camp d’internement installé dans le fort de Collioure en 1939. C’est l’un des lieux où la France a accueilli les réfugiés de la « Retirada », les combattants de la liberté espagnols fuyant le régime de Franco.

Alice, depuis longtemps divorcée et célibataire, partage sa maison avec sa sœur, qui se remet difficilement d’une séparation douloureuse. Celle-ci est rapidement attirée par Stéphane, seul également, mais le policier est beaucoup plus intéressé par sa collègue qui se montre plutôt réticente. Malgré un beau décor et un casting intéressant, notre compatriote, l’actrice-chanteuse Helena Noguerra et le charmant Stéphane Freiss (Je hais les enfants, La loi selon Bartoli, Jusqu’au dernier), ce téléfilm manque de punch et d’originalité et propose un épilogue plutôt convenu. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité