C’est pas tous les jours dimanche

Christophe Deborsu prend en main le débat dominical de RTL, avec la mission de lui donner un nouveau souffle, voire de le bouleverser tout à fait.

c_est_pas_tous_les_jours_dimanche_-_rtl

Dans le petit milieu du mercato télévisuel belge, c’est le transfert de l’année. Christophe Deborsu, Bekende Vlaming francophone, est repassé de ce côté-ci de la frontière linguistique. Mais pas chez son employeur d’avant, la RTBF, à qui il a réservé des moments télévisuels plutôt mémorables. Deborsu va cette fois à RTL, tout en restant également actif chez Woestijnvis, où il prenait part à une émission d’actualités, De Kruitfabriek. Sa tâche est délicate: prendre la suite de Controverse, qui, après vingt-cinq ans d’existence, a été remise au placard. Le format s’essoufflait et, de l’aveu même de sa présentatrice, Dominique Demoulin, les politiciens « préfèrent des face-à-face avec le journaliste ou utiliser les réseaux sociaux pour faire passer leur message« . En gros, donc, les hommes et femmes politiques ne semblent plus vouloir se prêter au jeu du débat public, fût-il télévisé, et choisissent de se concentrer sur un seul contradicteur, ou de laisser cela à leurs community managers.

Deborsu se retrouve donc face à un sérieux défi. Comment réinventer la forme et le fond de l’émission dominicale tout en attirant du public et des invités? Déjà, il y a ce nouveau titre, C’est pas tous les jours dimanche, qui en soi ne trahit pas grand-chose, hormis peut-être un ton plus humoristique. Deborsu lui-même a annoncé la couleur dans les médias: oui, il y aura encore du débat et de la politique, mais plus uniquement. Le rendez-vous sera davantage placé sous la forme d' »un show d’actualité », avec « une grande liberté de ton » et des chroniqueurs. Tous au poste dimanche pour voir si le trublion de Bye Bye Belgium, qui a aussi piégé Yves Leterme lors de la fameuse séquence de la Marseillaise, peut mordre à son aise dans cette tranche délicate.

Sur le même sujet
Plus d'actualité