The Missing

Trop rare sur le petit écran, Tchéky Karyo brille dans cette sensation venue de Grande-Bretagne.

the_missing_1-_doc

La télé, il ne connaît pas trop. Même si on l’a vu dans quelques productions ici et là (No Limit, Kaamelott…). Plus habitué au ciné, Tchéky Karyo a donné sa chance à The Missing. Il a bien fait. Car ce feuilleton policier dans lequel il enquête sur la disparition d’un enfant est passionnant. Il nous en parle depuis le Festival de Monte-Carlo.

Tout ça fait penser à la petite Maddie…

TCHEKY KARYO. – L’affaire qu’on traite dans The Missing est un cas générique. Évidemment, elle résonne avec Madeleine McCann (une fillette disparue au Portugal en 2007 – NDLR). Mais ce qui nous intéresse ici avant tout, c’est l’obsession de plusieurs protagonistes. Celle d’un père qui, pour retrouver son fils, ne va pas lâcher le morceau allant même jusqu’à se détruire. Et celle d’une mère qui tente de se reconstruire, mais qui sera rattrapée par les événements. Julien Baptiste, le flic que j’interprète, est aussi fait de ce bois-là.

Pourquoi avoir accepté ce rôle?

T.K. – Je l’avais d’abord refusé avant de me raviser en me disant que je faisais une grosse bêtise. J’étais angoissé par l’idée de tourner six mois et de devoir signer pour trois ans. Mais c’est ma rencontre avec Tom Shankland, le metteur en scène, et l’écriture qui m’ont convaincu. La réalisation est rugueuse et mon rôle ne répond pas à un cliché. Il y a là une vraie authenticité. J’avais lu tout le script d’un bloc, sauf la résolution finale qui n’était pas rédigée à ce moment-là.

Une suite est prévue?

T.K. – Oui. Mais la saison 2 évoquera une autre histoire. Les acteurs principaux ne seront pas de retour a priori. À moins que mon personnage ne serve de lien à un moment donné? Ces inédits seront tournés début 2016. J’en connais certains détails. Je ne vous dirai rien, je suis fermé comme une huître! Même si cette huître contient une perle…

Sur le même sujet
Plus d'actualité