The Team, saison 1

Trois meurtres, trois pays, trois enquêteurs mais une seule équipe. Un efficace et haletant polar européen.

team_2_-_arte

Si la coopération européenne ne paraît pas toujours une franche réussite, elle bénéficie toutefois d’outils précieux. Ainsi, les « équipes communes d’enquête », financées par les agences européennes de justice et de police et mises en lumière par la nouvelle série d’Arte. Une idée intéressante, qui offre de renouveler le genre de la série policière – un peu à la manière de la suédo-danoise Bron dont les Franco-Britanniques signèrent un remake sous le titre Le tunnel – et redore en passant le blason terni de l’Union européenne. La collaboration, cette fois, est tripartite: le Danois Harald Bjørn, l’Allemande Jackie Mueller et la Belge Alicia Verbeek sont missionnés par Europol après la découverte des corps de trois prostituées à Copenhague, Berlin et Anvers. Trois femmes tuées, selon le même mode opératoire, après la visite d’un journaliste. Sans temps mort, l’enquête nous mène du gris des villes aux montagnes enneigées, au fil d’une haletante intrigue tentaculaire où se mêlent trafic d’êtres humains, divorce sulfureux, scandale alimentaire et corruption. Sans compter la situation délicate de Harald et Jackie, anciens amants à l’histoire douloureuse, et celle d’Alicia, étrangement peu soutenue par sa supérieure. Impossible de s’ennuyer dans ce polar efficace et bien ficelé, dont les héros sans cesse en mouvement cachent sous leur apparente rudesse une vraie densité et un passé pas simple esquissé par petites touches.

Dans les décors froids d’une Europe hivernale où les nationalités se croisent, le trio offre le visage d’une collaboration sans fausse note – et cette idyllique entente est peut-être notre seul regret. Comme il est sacrément bien campé par Lars Mikkelsen (Borgen, House Of Cards), Veerle Baetens (Alabama Monroe) et Jasmin Gerat, on réserve nos huit prochaines soirées du jeudi.

Sur le même sujet
Plus d'actualité