Lost in translation

En apesanteur

lost_2_-_doc

Avec ce film à la subtile mise en scène, même le cliché d’un homme paumé dans un pays dont il n’a pas les codes prend des allures d’aventure inédite, désopilante et profonde. Bien sûr, Bill Murray a le don, d’un simple mouvement de sourcils, de faire sentir le sentiment d’extrême lassitude qui anime son personnage perdu dans cette luxueuse mais impersonnelle chambre d’hôtel japonaise. Bien sûr, Scarlett Johansson, avec sa moue boudeuse de jeune mariée délaissée par son mari, est à tomber raide. Et leur couple improbable a l’allure fantasmée d’une brève rencontre qui ne se dit pas… Mais le mérite du film revient surtout à Sofia Coppola. Capable, par sa touche très libre, entre gravité et rire, de faire passer l’ennui pour le plus précieux des sentiments humains. Magique!

Sur le même sujet
Plus d'actualité