Cherche zone blanche désespérément

cherche_-_france_5

On les prendrait volontiers pour de doux dingues à les voir fuir ainsi le monde moderne, trouvant refuge au fond d’une grotte, dans le coffre d’une voiture ou sous un drôle de vêtement cachant jusqu’à leur visage. Le réalisateur Marc Khanne lui-même confie en préambule son scepticisme face au calvaire dont disent souffrir les « électro-hypersensibles » – fatigue, maux de tête, troubles de la mémoire et de la concentration, entre autres symptômes. Bien vite pourtant, il se place du côté de ces victimes des ondes artificielles, que les scientifiques et les pouvoirs publics peinent à prendre au sérieux. Son film vient ainsi rendre compte de leur enfer au quotidien et de leur quête difficile de « zones blanches » – comprenez sans wifi, sans téléphone portable et sans antenne relais. Un point utile mais un peu répétitif, dont on regrette qu’il ne creuse pas davantage son sujet.

Plus d'actualité