Wet Hot American Summer: First Day of Camp

Quand deux fous furieux décident de rallumer le feu (de camp) de leur propre film culte, ça donne une des séries les plus déjantées de l’année. Tous aux abris!

wet_hot_1_-_netflix

Quoi de plus banal que la vie dans un camp d’été? Mais lorsqu’elle est racontée par Michael Showalter et David Wain, deux dingos en phase terminale de pure démence, ça donne Wet Hot American Summer, film de 2001 qui raconte les dernières heures dans une colo en 1981. Une comédie complètement barrée dont personne ne veut à l’époque, excepté quelques fans qui la font circuler dans un circuit parallèle où elle acquiert doucement mais sûrement le titre envié de film culte.

Près de quinze ans plus tard, Showalter et Wain, toujours aussi frappadingues, reviennent en force avec Wet Hot American Summer: First Day Of Camp, le prequel de leur film qui raconte donc la première journée du camp, sous la forme d’une minisérie de huit épisodes d’une demi-heure. On y retrouve une galerie de personnages irrésistibles: du pigeon de service au dur de la bande, en passant par le gay qui s’ignore à peine ou la belle qui réveille les hormones de tout mâle à moins de vingt mètres. Une journée où il se passe tellement de choses qu’on a l’impressions d’assister aux deux mois d’un camp de tous les possibles, tant pour les enfants qui s’en donnent à cœur joie (on n’échappe pas à l’inévitable concours de rots) que pour les adultes qui semblent avoir pris un plaisir fou à se retrouver sur le plateau. Gags et bons mots s’enchaînent à une vitesse folle, empruntant tant à la folie de Mel Brooks qu’à l’absurdité de Zucker-Abrahams-Zucker (la série des Y a-t-il…) et à l’humour limite des American Pie. Le tout avec un décalage troublant durant les premières minutes, les moniteurs de 16-17 ans étant joués par des acteurs de… quarante ans – qui en avaient vingt-cinq à l’époque du film!

Le casting original quant à lui est de retour au complet: Bradley Cooper (qui détonne en moniteur gay), Janeane Garofalo (24 heures chrono, A la Maison Blanche) et Christopher Meloni (New York, unité spéciale) en tête. Sans oublier les inévitables guests: Jon Hamm, John Slattery, Rich Sommer (trois rescapés de Mad Men) ou encore Jason Schwartzman, déjà habitué aux délires décalés de Wes Anderson. Et dire qu’il n’est pas prévu de deuxième jour de camp…

Plus d'actualité