Rockerill, le passage du feu

Rockerill, tout feu, tout fan

rockerill_3_-_doc

C’était la bonne idée de la décennie. Faire des expos et des raves bien allumées dans une vieille usine de Marchienne, toute déglinguée mais sacrée par un nom magique, La Providence. Voir que ça marchait pas trop mal et que Charleroi et son voisinage comptaient bel et bien leur lot de punks, de clubbers, d’artistes prêts à toutes les vadrouilles. Alors, en 2006, le tandem Mika Hell et Globul, deux types aux bottes arrimées au Pays noir, ont racheté le lieu, créé une inévitable forme juridique (ASBL) et commencé à retaper l’endroit. Aujourd’hui, tout le monde se bouscule au Rockerill. Laurent Garnier est venu y mixer et un talent comme Elzo Durt y a exposé. Le passage du feu, sans commentaire mais au son trempant dans l’acier fondu, filme magnifiquement les soubresauts de cette épopée culturelle hallucinée.

Sur le même sujet
Plus d'actualité