The Killing

La saison 2 de The Killing version US répond enfin aux attentes de ses aficionados. Il était temps!

killing_5_-_doc

Certains y ont vu une arnaque. On peut les comprendre. Car en fin de saison 1, les responsables du remake américain de The Killing avaient catégoriquement refusé de répondre à la question soulevée par la série policière, en ne dévoilant pas l’identité du meurtrier de Rosie Larsen. Une ado dont le corps avait été découvert dans une voiture reliée à la campagne électorale d’un politicien. La surprise était d’autant plus grande qu’en agissant ainsi, les producteurs étaient allés à contre-courant de la version danoise originale qui, elle, était venue au bout de cette même enquête en fin de parcours. « Nous avons été dépassés par le niveau d’attente des téléspectateurs, expliquait alors Veena Sud (ex-Cold Case), scénariste en chef de cette resucée. Mais nous n’avons jamais voulu duper personne. Cette histoire ne peut être en effet résolue d’une seule traite, en raison de ses multiples sous-intrigues. » Mais que le fan belge se rassure, surtout qu’il attend cette suite inédite en clair depuis plus d’un an: au bout de ces 13 épisodes, sa patience sera récompensée. En ce début de seconde fournée, la détective Sarah Linden (Mireille Enos) et son coéquipier Stephen Holder (Joel Kinnaman) cherchent plus que jamais à venir à bout de leur incroyable investigation. L’équation est désormais d’autant plus complexe que Darren Richmond (Billy Campbell), ce politicard potentiellement en rapport avec le crime, a été blessé par un proche des Larsen. Et si, justement, le criminel se trouvait être en réalité l’un des parents de Rosie? La réponse, qui diffère de son équivalent danois, surprendra… Mais le plus beau reste à venir: les troisième et quatrième années de cette transposition US – qui, on l’espère, suivront prochainement sur RTL-TVI – sont encore bien meilleures que les deux rounds initiaux. On a hâte.

Sur le même sujet
Plus d'actualité