Dragons 2

Avec cette suite, l'écurie Dreamworks place la barre très haut. Voilà un dessin animé spectaculaire, digne des plus prestigieuses productions hollywoodiennes.

dragons_3_-_doc

Les Vikings vivent désormais sur leur île en parfaite harmonie avec les dragons. Harold, quant à lui, n’est plus le garçon naïf et empoté qu’il était. Tandis que ses amis Astrid, Rustik et Kognedur continuent à astiquer leurs compagnons cracheurs de feu pour en faire des dragons de compétition, Harold n’a plus vraiment la tête à la course, mais plutôt à la découverte du monde. Ce qui n’est pas sans danger. Au cours de ses pérégrinations sur le dos de son fidèle Krokmou, le jeune Viking croise la route d’un chasseur de dragons sanguinaire qu’il va devoir convaincre de ne pas attaquer son village.

Evacuons d’emblée un aphorisme coutumier lorsqu’il s’agit d’évoquer le deuxième épisode de grandes sagas (le réalisateur canadien DeBlois vient d’annoncer que ses dragons chéris se déclineront en tétralogie): oui, l’effet de surprise n’y est plus. Et pour cause, tous les personnages de cette aventure ou presque nous ont été présentés dans le formidable Dragons 1.

Que nous apprend donc cette suite? Que Harold avait en effet une maman, qu’elle est vivante et qu’elle possède en version originale le superbe timbre de voix de Cate Blanchett. Que la vie dans une communauté n’est jamais de tout repos et qu’il y a toujours un vilain jaloux qui n’aime pas les gens heureux: Eret, le fameux bad guy de l’histoire, un brin caricatural, mais dont la voix aura été reconnue par les plus curieux: celle de Kit Harington (Jon Snow dans Game Of Thrones). Mais surtout que l’animation ne sera plus jamais le « parent pauvre » du cinéma en prises de vues réelles. Ce que nous confirme la vertigineuse scène d’ouverture à dos de dragon, qui n’a rien à envier aux envolées épiques du Seigneur des anneaux. On est pris de frissons devant tant de beauté, tant de sensations (même sans 3D, l’effet est garanti), et devant le réalisme inouï des vues aériennes.

Digne des plus prestigieuses productions hollywoodiennes, Dragons 2, bien que classique, ne laisse rien au hasard. Le groupe islandais Sigur Rós (déjà responsable de la B.O. de… Game Of Thrones), les plus grands noms de la 3D assurent le plaisir des sens. Tandis que l’histoire charrie avec subtilité les thèmes universels de l’amitié, de la transmission et du courage. Si la guéguerre entre Dreamworks et Pixar nous offre de pareilles pépites, n’encourageons surtout pas la fin des hostilités!

Plus d'actualité