1864, saison 1

Drame de la guerre et de l’amour: une ambitieuse et instructive fresque historique en terre danoise.

1382225

Danemark, milieu du XIXe siècle. Peter et Laust sont deux garçons inséparables, fils d’un fermier revenu blessé de la guerre qui opposait le royaume à la Prusse et à l’Autriche pour la possession du duché de Schleswig. Le joyeux duo devient trio lorsque les frères font la connaissance d’Inge, sémillante gamine au caractère bien trempé. Alors que les trois adolescents grandissent, de plus en plus soudés, le leader du Parlement, nationaliste chevronné, rêve d’annexer définitivement le Schleswig, mais aussi le Holstein, pour former un Danemark puissant et unifié. La mort du roi Frédéric VII précipite les événements et en 1864 éclate la guerre des duchés. Gagnés par l’envie de voir le monde, Peter et Laust s’engagent dans l’armée, laissant derrière eux Inge, dont ils sont tous deux amoureux. Mais cette relation triangulaire que Peter croit platonique prend un nouveau tour: Inge et Laust entament une liaison, qu’ils gardent secrète pour ne pas blesser leur ami et frère. Les trois jeunes gens sont emportés dans la tourmente de la passion comme de la guerre.

Si ce pan de l’histoire danoise nous est peu connu, il constitue un épisode-clé pour ce petit pays, ancienne grande nation d’influence victime de son nationalisme exacerbé: en perdant la guerre de 1864, le Danemark vit en effet son territoire amputé d’un tiers. Cette ambitieuse série (plus de 22 millions d’euros de budget) en relate le déroulement, mêlant à la réflexion politique (l’aveuglement des Danois, convaincus d’être un peuple élu et invincible) les grands sentiments d’une histoire d’amour contrariée. Une saga romanesque au souffle épique, à la réalisation très soignée et au casting impeccable (Sidse Babett Knudsen, Pilou Asbæk et Søren Malling de Borgen, Lars Mikkelsen de The Killing) qui nous embarque d’emblée pour huit épisodes palpitants.

Sur le même sujet
Plus d'actualité