Violences, bavures: quand la police nous fait peur

On savait que les policiers américains n'hésitaient pas à dégainer, surtout dans les innombrables ghettos engendrés par la société de l'Oncle Sam.

1263277

A ce niveau, 2014 a été une année effrayante. Il y a d'abord eu Eric Garner, père de famille noir étouffé après une interpellation bien trop musclée en juillet, puis Michael Brown, 18 ans et Noir lui aussi. Il a été abattu par des policiers à Ferguson en août, alors qu'il n'était pas armé. Des émeutes d'envergure suivirent le drame. Fin novembre, à Cleveland, un autre Noir, Tamer Rice, de 12 ans, cette fois, était dézingué à Cleveland. Et puis un autre, Akai Gurley, à Brooklyn, et encore un autre, Cedric Bartee, début décembre à Orlando. Partant de cette horrible série, Complément d'enquête pose le débat des violences policières au sein de nos sociétés, à la fois outre-Atlantique mais également en France, où l'on compte une dizaine de victimes d'opérations de police (pas spécialement des bavures) par an. – Q.N.

Sur le même sujet
Plus d'actualité