Vers une famine planétaire: l’épuisement du phosphore

Jusqu'aux années 50-60, les terres agricoles se contentaient encore bien de guano et de fumier comme engrais. 

846421

Lorsque l’agriculture intensive débarqua, elle fit appel à un dérivé minéral pour satisfaire ses très exigeants besoins de rendement: le phosphore.

S’il est un élément essentiel de notre ADN, il peut également être extrait des roches phosphatées pour alimenter le bétail et en booster sa production et, surtout, fertiliser les cultures.

À mesure que la population globale augmente, les demandes de phosphates n’ont jamais été aussi importantes.

Dans 100 ans les réserves mondiales, dont un tiers se situe au Maroc et au Sahara occidental, pourraient s’éteindre.Au-delà de la question posée par son titre, le documentaire Vers une famine planétaire? en avance une autre dont la réponse sera bientôt essentielle: quelle alternative peut-on trouver au phosphore?

Plus d'actualité