A vendre, à acheter revient sur RTL-TVI

On ne change pas une équipe qui gagne. Forte de son succès la saison dernière, RTL-TVI renoue avec A vendre, à acheter, une téléréalité qui aide les Belges dans leurs démarches immobilières.

23576

Les coaches Patrick Ménache, Angie Impellizzeri, Christophe de Viron et Olivier Vercruysse se démènent à nouveau pour aider les candidats acheteurs ou vendeurs à dégoter la bonne affaire. Parmi eux, une vieille connaissance: Jean-Luc Dabi.

Ce millionnaire français souhaite revendre sa propriété à Seneffe. Il a entre-temps rencontré Floriane, une jeune fille fan de sports équestres. Jean-Luc est désormais à la recherche d'une luxueuse propriété près de Bruxelles et cherche aussi une grande surface commerciale pour un magasin Bio. Patrick Ménache, spécialiste en biens d'exception, va tout faire pour satisfaire ce client particulièrement exigeant.

A l'autre bout de l'échelle sociale, RTL-TVIs'occupe des cas les plus désespérés. La spécialiste en la matière, c'est Angie Impelliziri qui privilégie l'aspect relationnel du métier. Son aide s'avère précieuse pour aider Serge et Kathy embourbés dans un crédit pont. Et dans les épisodes suivants, "Angie les bons tuyaux" devra même aider un couple de femmes (dont l'une est enceinte) à trouver un logement dans l'urgence.

Une course contre la montre s'engage pour la coach le plus charismatique de la bande. Elle l'avoue, elle a pris goût aux caméras. "S'il faut prendre un porte-voix et mobiliser tout le monde, j'en suis capable". L'agent immobilier de La Louvière se verrait d'ailleurs bien animer un "tous ensemble" version belge. Véritable gloire louviéroise, l'agence d'Angie bénéficie de ce coup de projecteur médiatique bienvenu. Plus discret, son homologue Christophe de Viron, chasseur immobilier, est tout aussi performant qu'Angie. Il aide notamment Marina, une conductrice de taxi du Brabant wallon qui compte s'installer avec sa mère et son petit garçon. Ils ont un budget serré de 150.000 € pour une maison trois chambres.

Toujours aussi efficace, cette émission joue à fond la carte de la proximité. Montage rythmé, voix off omniprésente, faux suspense, A vendre, à acheter est une vraie téléréalité et en assume tous les codes. On n'évitera pas quelques clichés ni des personnages à la limite de la caricature. En prime, plus larmoyante que l'an dernier, l'émission use et abuse du pathos à tous les étages. Ça n'empêchera pas les Belges, nés avec une brique dans le ventre, d'adhérer à un programme dont l'audience devrait crever tous les plafonds.

6 avril – RTL-TVI 20h20: A vendre, à acheter

Plus d'actualité