Un jour, un destin: Philippe Noiret, la pudeur des sentiments

Une silhouette ronde enveloppée de volutes de havane. Un œil qui pétille et une voix de basse qui vous prend aux tripes.

13021

Une filmo éclectique, entre drames mythiques (Le vieux fusil), comédies populaires (Les ripoux), personnages inoubliables et sensibles (Alexandre le bienheureux, La vieille fille, Cinéma Paradiso…). Voilà ce que l'on sait et ce que nous a laissé ce géant du cinéma français. Si l'on cherche un peu, on découvrira un caractère fidèle en amitié (Rochefort, Marielle, Tavernier) comme en amour, puisque, dans son ombre, il y aura toujours, à vie, l'actrice Monique Chaumette. Pour le reste, le voile de la pudeur est opaque. Le nounours élégant a protégé son jardin secret comme Smaug son or. Ce soir, on parcourt sa carrière et, surtout, on découvre un grand homme, des débuts des années 50 à la fin, un vilain après-midi de novembre 2006. Un condensé de bons souvenirs qui nous révèle à quel point on avait raison de l'aimer, ce bon bougre. – H.D.

Sur le même sujet
Plus d'actualité