Tout çà… : Leernout et Hauspie

Un rêve, puis une faillite: l'homme d'affaires flamand Jo Lernout doit aujourd'hui se dire "Tout ça... pour ça".

36802

En fondant leur entreprise en 1987, l'informaticien Jo Lernout et le financier Paul Hauspie sont persuadés de tenir le bon bout. Pionniers dans le développement des logiciels à reconnaissance vocale, ils ne tardent pas à titiller un certain Bill Gates qui se rend un jour à Ypres pour causer business dans le propre bureau des deux hommes. Les promesses sont tellement belles que la Flandre entière se met à jubiler. Des investisseurs venus de tous bords mettent la main au portefeuille, ravis de faire partie de la florissante Flanders Language Valley. En 2001, pourtant, les choses se compliquent: Lernout et Hauspie se font pincer par la justice pour usage de faux, malversations financières et transactions fictives. Une fraude avec un grand F qui, encore aujourd'hui, reste considérée comme un des plus gros scandales du capitalisme industriel…

La suite? Elle se trouve dans les 30 minutes savoureuses d'un Tout ça… qui a choisi de zoomer sur Jo Lernout. Malgré le verdict d'un procès achevé l'an dernier (5 ans de prison), l'homme va très bien, merci pour lui. Il vit aujourd'hui avec Annie, une femme dévouée qu'il a rencontrée aux Philippines. Il le crie haut et fort: ce sont les Yankees qui ont causé sa perte et saboté ce "rêve flamand". Du coup, il boit tranquillement le champagne avec quelques amis investisseurs qui continuent à lui faire confiance, convaincu de pouvoir rebondir. Il a déjà plusieurs idées derrière la tête: après avoir fondu pour le business du chocolat, il est prêt à nouveau pour vendre ses technologies aux quatre coins du globe. Comme si de rien n'était, et comme si rien ne s'était passé… Quand c'est Tout ça… qui régale, l'argent fait le bonheur, croyez-nous!

22 juin – La Une 22h00: Tout ça… Jo, Paul, Annie et l'argent des autres

Sur le même sujet
Plus d'actualité