Tout ça… et les 7 péchés capitaux

Trois épisodes ce soir dans Tout ça... Voici ce que vous allez voir... et plus encore.

658695

1 La luxure:
So foot, so gay

En jetant son dévolu, avec tact, sur Jonathan De Falco alias Stany Falcone, le réalisateur Marc Dacosse a chopé un très bon "client". Avec pudeur, mais pour la bonne cause. Celle de la tolérance envers les homosexuels. Un tabou sur les terrains de foot et un sujet toujours aussi brûlant dans la société. Alors imaginez quand le gaillard double son coming out d’une carrière dans le cinéma gay porno, c’est hard!

Making of

Pour le réalisateur Marc Dacosse, suivre Stany a procuré des moments déstabilisants. Surtout côté porno gay. "La toute première séquence du film se déroule en boîte où Stany est dans un pieu en cuir rouge pour être photographié avec qui le désire dans des positions suggestives. Il voulait absolument que je monte sur le lit avec lui. C’était une forme de bizutage pour que je gagne sa confiance. Je l’ai fait, mais il ne m’a quand même pas chevauché, hein! Autre moment particulier: le tournage au HustlaBall de Berlin pour la cérémonie des Porn Gay Awards, avec l’excentricité du public très dénudé. On s’est retrouvé au milieu de cet événement où tous les styles et les fantasmes gay s’expriment. C’est la première fois de ma vie où je me suis senti très impudique tout en étant habillé. Et au moment où Stany a reçu le trophée de "Meilleur espoir gay porno européen", il s’est produit un moment étrange. Juste avant la projection de quelques extraits du film dont j’imagine bien la teneur hard et gay, j’ai senti que je devais me retourner et ne pas regarder. Je sentais que Stany avait peur que je voie ça. Il avait une gêne vis-à-vis de moi. Il a été sensible à mon geste pudique."

2 La gourmandise:
Les saveurs du palais

C’est souvent sous les apparences les plus inoffensives que se cachent les idées les plus méprisables. Au fil de son document, Yves Hinant gratte le vernis d’un couple de retraités assidu des cours d’assises. Thermo et casse-croûte dans le cabas, ils philosophent sur cette société qui va si mal, ces meurtres horribles, ces jeunes qu’il faudrait remettre au service militaire et ces délinquants qu’il faudrait larguer d’un avion en plein vol… Glaçant.

3 L’envie:
Chef, oui chef!

"Kenzaaaa!" L’adolescente hélée ainsi par sa mère acariâtre a bien du mérite de garder son beau sourire. Heureusement, il y a les copains, l’équitation et Facebook… Safia Kessas croque habilement ce duo familial dépareillé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité