Tour de France

Pas mal de nouveautés à épingler pour ce 100e Tour où, en l’absence du tenant du titre Bradley Wiggins, son coéquipier Christopher Froome pourrait émerger.

888193

C’est un petit événement: pour la première fois depuis un quart de siècle, le Tour de France va rester… en France! Eh oui, histoire de célébrer la centième édition, les organisateurs ont imaginé un parcours qui sillonnera exclusivement l’Hexagone.

Enfin, presque, puisque la grande nouveauté de cette édition sera le départ en Corse – à Porto-Vecchio -, un territoire qui, assez étonnamment, n’a jamais été traversé par le Tour. Voilà qui promet déjà un mix de belles images et de spectacle surtout, car dès la deuxième étape ce dimanche, on abordera la moyenne montagne. Et rebelote lundi! Pour peaufiner son esthétisme, le Tour nous offrira ensuite un contre-la-montre par équipes à Nice, le long de la Promenade des Anglais, avant de rejoindre Marseille et la Camargue.

On l’aura compris, la traditionnelle morne première semaine exclusivement destinée aux sprinteurs fait bel et bien partie du passé!

Quant à la haute montagne, on la retrouvera samedi prochain. Six étapes costaudes attendent les coureurs avec entre autres la double escalade en une journée de L’Alpe d’Huez, une arrivée face au mont Blanc, mais aussi l’ascension du mont Ventoux. Enfin, dernière grande nouveauté: l’arrivée en nocturne (vers 21h45) de la fameuse étape finale vers les Champs-Elysées, qui contournera pour la première fois l’Arc de Triomphe. Bref, ce Tour new-look promet, même si Bradley Wiggins, le tenant du titre, en sera le grand absent, comme Vincenzo Nibali, frais vainqueur du Tour d’Italie.

Certains imaginent donc un duel Christopher Froome (photo, à gauche)/Alberto Contador (à droite), que pourraient arbitrer Tejay Van Garderen, Richie Porte, "notre" Jurgen Van den Broeck, Cadel Evans, Joaquim Rodriguez voire Alejandro Valverde. A moins d’une énorme surprise, le vainqueur figure parmi ces noms…

Plus d'actualité