Top Chef: la finale

La finale de la semaine sera-t-elle notre café gourmand ou l'étouffe-chrétien qui sonnera le coup de grâce de l'émission culinaire star?

1332293
On ne brûlera pas sous la salamandre ce qu'on a adoré. Pourtant, même si les audiences, en Belgique, restent au beau fixe, on ne peut pas manquer de trouver que, cette année, le programme est retombé comme un soufflé. Il traîne comme un air de déjà vu dans ces images. On sait déjà que le siphon va exploser avant même que le candidat le secoue, qu'on aura droit à de la cuisson au foin, qu'il y aura de la surcuisson sur le veau, de l'émotion dans la blanquette et que le recalé en dernière chance "montrera sa cuisine dans son plat". Et aussi qu'il confessera, les yeux mouillés, sur la musique de Requiem For A Dream qu'il a préparé son poisson pané pour son petit garçon (image du petit dans ses bras). Quant aux nouveautés de l'année… Les voix off du jury… Comment dire? On en a mangé la télécommande d'agacement. Ce qu'on aimait dans la bande à Arabian, c'était le mystère de leurs sentences implacables. Ils arrivaient comme l'Empereur sur l'Etoile Noire et nous faisaient trembler pour les candidats. Ici, les chefs nous causent sans cesse et c'est affligeant de banalité. Restent les candidats. Malgré l'absence de filles, ils ont sauvé le programme. Le casting s'est révélé impeccable, entre l'attendrissant Adel, Xavier le choubidou et surtout, Olivier, notre chef khôl. Alors, pour eux, on reprendra une lichette de finale, par gourmandise.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité