Théâtre – L’Antichambre

Salonnière vieillissante mais réputée, Madame du Deffand (Danièle Lebrun) rassemble sous son toit la crème parisienne des philosophes des Lumières.

496685

Mais des débats de ces fins esprits, nous ne verrons rien. L’essentiel se joue ailleurs, dans cette antichambre imaginée par le dramaturge français Jean-Claude Brisville.

À la marquise s’oppose en effet Julie de Lespinasse (Sarah Biasini), la nièce illégitime qu’elle vient de recruter en qualité de lectrice. Tout d’abord impressionnée, cette jeune femme mal née ne tarde pas à faire montre d’un esprit vif et curieux, qui séduit aussitôt les amis de Madame du Deffand… et relègue cette dernière au second plan.

Entre jalousies et affrontements idéologiques, les échanges entre les deux femmes se muent en véritable conflit ouvert: face à sa tante, héritière de l’esprit conservateur de la Régence, Julie incarne avec fougue toute la modernité de celui des Lumières.

Leur joute oratoire est un délice d’intelligence, de drôlerie et de finesse, porté par la langue ciselée – et agrémentée de répliques mordantes – du XVIIIe siècle. Un petit bijou.

Sur le même sujet
Plus d'actualité