Téléfilm – Vive la colo

En plus de cartonner dans son dernier spectacle en France, Virginie Hocq s'offre les premières loges d'une nouvelle série.

335265

Joyeux programme familial, Vive la colo est l’une des belles surprises de ce printemps. L’occasion pour Virginie Hocq d’interpréter un vrai rôle d’envergure. Le premier d’une longue série?

Vos apparitions récentes dans Les toqués et À dix minutes de nulle part faisaient office d’apéritif?
En quelque sorte, oui! Disons que la rencontre avec Nathalie Laurent, la directrice artistique de la fiction à TF1, a été déterminante. Pour le reste, quand j’ai compris qu’il s’agissait d’un premier rôle, je ne me suis pas mis la moindre pression. Ce n’est pas mon genre!

Ironie du sort, le thème de la série vous touche de près!
Eh oui, j’ai été cheftaine et j’ai fait pas mal d’animations scoutes, quand j’étais plus jeune. Je n’en garde que d’excellents souvenirs. Mais la série me plaît aussi pour son côté familial. Moi, vous savez, je suis une fan de Dexter mais j’aime bien aussi quand on est face à quelque chose qui peut plaire aux 7 à 77 ans.

Sur le plateau, aux côtés de pros comme Julien Boisselier ou Charlotte de Turckheim, comment vous sentiez-vous?
C’est clair que ces acteurs avaient plus l’habitude que moi de ce type de tournage. Mais j’ai appliqué une tactique qui reste infaillible: apprendre impeccablement mon texte, pour pouvoir être beaucoup plus à l’aise avec mon corps, tout en restant à l’écoute des autres.

Ensuite, vous verriez-vous mener alternativement une carrière d’actrice et d’humoriste?
Les premiers échos des professionnels sont très positifs: TF1 semble aimer le programme, mais après il faudra faire confiance au public… Donc oui, pourquoi pas? Sinon, là, je suis un peu dépassée par le succès de mon spectacle Pas d’inquiétude! – environ 200 dates en France. Dire qu’à une époque, j’étais heureuse d’en proposer 35 en Belgique…

Sur le même sujet
Plus d'actualité