[TELEFILM] Meurtres au Pays Basque

Antoine Duléry, à nouveau flic de haut vol, dans un téléfilm policier de facture classique. Mais pas sans surprise.

1069026

Paris. Le commandant Vincent Becker (Antoine Duléry), la cinquantaine, est réveillé par un appel au secours de son fils Mathias Cazes dont il est sans nouvelles depuis sept ans. Ce coup de fil a été passé depuis le Pays basque. "La légende du 36" (Quai des Orfèvres) part immédiatement à sa recherche. Région de Bayonne. En faisant son jogging, l'inspecteur Marie Daguerre (Claire Borotra), 38 ans, trouve le cadavre mutilé d'une jeune femme, qui porte de profondes traces de poinçon sur le corps et le visage. Aucun indice ne permet de l'identifier. Même les dentistes ne peuvent aider les recherches: sa mâchoire est en miettes. L'arme du crime semble être "la vierge de fer", un instrument de torture utilisé par l'Inquisition pour traquer les sorcières. Ce sarcophage est muni de longues pointes métalliques qui, lorsque le couvercle se referme, transpercent lentement la victime enfermée à l'intérieur, qui succombe à la douleur.

Très vite, on comprend que les deux affaires sont mêlées. Les flics que tout oppose vont être amenés à collaborer. Et, comme le titre l'annonce avec sa forme au pluriel, ils n'auront pas trop de quatre bras pour ramasser les autres cadavres. De femmes principalement. Certes, dans ce téléfilm réalisé pour France 3 par Eric Duret, on relève quelques invraisemblances. Comme ce médaillon trouvé dans la forêt "par hasard" par Lola, la nièce de Marie Daguerre, qui lui permet de relancer l'enquête. Mais on se laisse volontiers guider par l'intrigue qui nous entraîne tous azimuts au Moyen Age, dans des hôpitaux, ou des souterrains secrets. C'est que les deux flics, très caricaturaux, sont attachants et ne manquent pas d'humour grinçant. Que demander de plus? D'arrêter le coupable.

Sur le même sujet
Plus d'actualité