Téléfilm – J’étais à Nuremberg

En signant la première adaptation française du procès de Nuremberg en fiction, André Chandelle a, sans faire grand bruit, réalisé une des prouesses de cette saison.

350727

Une habitude chez notre sous-estimé compatriote, signataire de quelques perles, comme La Ronde des Flandres, Les poissons-marteaux ou Fausses innocences.

Après Stanley Kramer en 1961 (Jugement à Nuremberg) et Yves Simoneau en 2000 (Nuremberg) au cinéma, Chandelle s’est donc attaqué au procès majeur du XXe siècle, et plus particulièrement à ses coulisses.

Au terme d’un travail scénaristique long de quatre ans, il nous offre un double regard inédit grâce à deux personnages interprétés avec justesse par Serge Hazanavicius et Elina Löwensohn qui mériteraient, à l’instar de celui qui les a dirigés, une bien meilleure reconnaissance.

Sur le même sujet
Plus d'actualité