Téléfilm: Je retourne chez ma mère

Un grand garçon perdu réfugié chez sa mère: le pitch semble un lointain clin d’œil à Tanguy, comédie grinçante d’Etienne Chatilliez sur ces adulescents pas pressés de quitter le nid familial.

212435

La situation de François, quadra largué (au sens propre comme au sens figuré) n’assumant pas son chômage, est autrement plus délicate.

A ce titre, elle était porteuse de belles promesses – on imaginait que s’y mêleraient humour aigre et réflexion sur le contexte socioéconomique actuel. Promesses déçues, tant l’intrigue se montre aussi attendue que dénuée de crédibilité. Dialogues et jeu appuyés affadissent le téléfilm qui, faute de nous surprendre au moins un peu, traîne en longueur. Dommage. Avec un peu plus de piquant et beaucoup moins de facilité, la résurrection de François aurait gagné en charme et en intérêt.

Sur le même sujet
Plus d'actualité