Téléfilm – Cher radin!

Lagaf en costume-cravate? Ceci n’est qu’une fiction. Un big deal habilement négocié par le trublion de TF1.

508380

Deux ans après son échec malheureux au cinéma avec Le baltringue, Vincent Lagaf nous revient comme acteur avec le téléfilm Cher radin! Une comédie, écrite avec le Belge Ivan Corbisier, qui tient bien la route. L’animateur y campe un chef d’entreprise étouffé par sa radinerie. Parmi les seconds couteaux, on retrouve les Belges Eric Godon (Rien à déclarer), Stéphanie Van Vyve et Antoine Vandenberghe (Septième ciel Belgique).

On imaginait mal vous revoir aussi vite tenir un premier rôle dans une fiction. Quel est le secret de ce retour?
Vincent Lagaf – Mon film, que j’ai produit de A à Z, a été un échec, certes, mais j’en connais les raisons. Comme je ne fais pas partie de la grande famille du 7e art, mais que j’ai toujours voulu jouer la comédie, j’ai profité de l’appel de TF1 pour la présentation du Juste prix pour leur soumettre un scénario. Ça n’a pas été simple: Cher radin! est finalement ma sixième proposition!

Pourquoi avoir choisi d’interpréter un radin?
Ce qui m’a plu, c’est de pouvoir composer un personnage sans devoir en faire des tonnes. Restons sur terre, je n’ai pas des années de planches derrière moi, je suis un autodidacte! J’ai eu la chance d’être coaché par Raymond Acquaviva, bien connu dans le milieu théâtral. Puis, ce téléfilm me permet de jouer dans un registre où l’on me connaît moins mais que j’adore: le comique de situation.

Quand on a été sacré comique numéro 1 et personnalité préférée des Français, qu’est-ce qu’on attend encore professionnellement?
On espère s’amuser et prendre du plaisir en se levant. J’ai fait 4.000 access prime times avec une moyenne de 6 à 7 millions de téléspectateurs. Il y a 33 ans que j’essaie de faire rire, j’assume ce créneau, j’en suis fier. Je veux prendre des risques et Cher radin! en est un, car on sait que TF1 n’est pas Peter Pan. Mais si ce téléfilm ne marche pas, soyez sûr que je ferai tout pour avoir une nouvelle chance!

Plus d'actualité