Téléfilm – Carlos (1 et 2) (Arte 20h40)

Carlos (le terroriste, pas le fils dodu de la pédopsy) est un mystère qui moisit en cellule depuis presque quinze ans. Fasciné par sa légende, Olivier Assayas s’y est frotté corps et âme et en a tiré un triptyque télé d'une durée de 5 heures 30.

98572

Né d’un père avocat vénézuélien et communiste, Ilich (d’après le patronyme de Lénine), Ramírez Sánchez devient à 24 ans membre de la section opérations du Front de libération de la Palestine où il gagne le surnom de "Carlos". Déjà, il n’est plus un simple militant. Surnommé "le Chacal" par la presse, Carlos se sent avant tout soldat.

Deux ans et quelques attentats en France plus tard, il réalise son coup de maître en séquestrant onze ministres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole lors d’un meeting à Vienne. Plus tard, il avouera l’identité du commanditaire: un certain Kadhafi. Fin cinéaste, Assayas parvient à mêler bombes, hard rock, enjeux géopolitiques des années 70. De sa prison, Carlos a jugé cette saga télé "affligeante" et historiquement fausse.

Voir les autres diffusions de ce programme

20 octobre: Carlos (1 et 2) (Arte 20h40)

Sur le même sujet
Plus d'actualité