Téléfilm: Braqueurs d’hiver

L’histoire est inspirée de faits réels qui défrayèrent la chronique allemande de 1988 à 2001. Ces braqueurs-là, même s’ils n’opèrent qu’en hiver, ça doit donc être du lourd!

317915

Effectivement, trente-six banques en douze ans sans être inquiétés par la police, la performance mérite d’être soulignée. Dès leur sortie de prison, Mike Roth et Klaus Starck, qui se sont connus en détention, s’associent pour une série de braquages rondement menés. Nous les suivons de banque en banque mais avouons que, pour un polar, on aurait espéré un suspense plus haletant!

L’intérêt s’éveille lorsque deux inspecteurs de police remontent leur piste, mais l’intrigue reste assez sage. Peut-être aurait-il été intéressant de creuser davantage les désaccords entre les deux braqueurs, l’un à la gâchette facile, l’autre adepte de la devise du malfaiteur français Albert Spaggiari, "Sans arme ni haine, ni violence".

Plus d'actualité