Stade 2

Après 37 ans d’existence, Stade 2 fait sa petite révolution en offrant les commandes à une femme. Céline Géraud fait Ippon.

751241

Pour le lancement de la nouvelle formule de Stade 2 qu’elle anime, Céline Géraud a brandi le sabre dans une parodie de Kill Bill. Une communication très Girl Power illustrant combien l’ex-championne de judo est déterminée à réussir ce nouveau challenge. Rencontre.

Présenter Stade 2 est une proposition qui ne se refuse pas?
Céline Géraud – Elle est arrivée au début de l’été, je ne m’y attendais pas. Stade 2 m’a toujours fait rêver et m’a donné envie d’embrasser ce métier. Il y a eu quelques présentateurs célèbres avant moi, mais je suis la première femme à animer ce programme. À moi d’honorer cette sélection. J’aborde ça comme les Jeux olympiques (rire).

Daniel Bilalian, directeur des sports sur France 2, a dit vouloir appliquer la parité. Est-ce enfin un atout d’être une femme?
Je n’ai jamais mis en avant le fait d’être une femme. Peu importe que ce soit un atout ou un désavantage, depuis ma reconversion, je me suis toujours concentrée sur ma volonté d’être une bonne journaliste. Mettre une femme à la tête de Stade 2 est un grand changement, j’espère que ce ne sera pas juste un effet d’annonce.

Quelles sont les grandes lignes éditoriales de ce nouveau Stade 2?
J’aimerais que l’émission redevienne un événement chaque dimanche pour les téléspectateurs. C’est pourquoi on a choisi d’opter pour une approche sociétale avec des invités-chocs et des enquêtes, comme celle que nous avons réalisée sur le dopage et la nouvelle molécule Aicar. Tout en maximisant l’interactivité avec le public grâce à Twitter.

L’émission fera-t-elle plus de place aux sportives?
Pas question d’inviter quelqu’un juste parce que c’est une femme. Notre approche doit être pertinente. Et mon travail sur le plateau sera de mettre en avant d’autres qualités que "Oh, elle est jolie". 

Lucie Décosse, championne olympique de judo 2012, regrette son manque de médiatisation par rapport à Teddy Riner. Comprenez-vous sa frustration?
Teddy écrase tout. Comme David Douillet. Les deux olympiades où il est resté à un haut niveau, aucun autre athlète n’a réussi à exister à côté de lui. On a pourtant eu de grands champions: Séverine Vandenhende, championne olympique en 2000, n’a jamais eu la médiatisation qu’elle méritait. Quant à Lucie Décosse, en plus d’être une grande championne, elle a une vraie personnalité attachante et elle aime les médias. Malheureusement, dans cette discipline, ce n’est pas simple.

Sur le même sujet
Plus d'actualité