[SPORT] Tour de France

Le grand départ d’Angleterre ne ravira pas seulement les amateurs de belles images.

1134023

Gâtés, les amateurs de sport, cet été! Alors que la Coupe du monde boucle ce week-end ses quarts de finale, Leeds est le théâtre du vingtième départ du Tour de France à l’étranger, le deuxième en Angleterre après l’édition 2007. Avec trois premières étapes anglaises qui, selon Christian Prudhomme, le directeur de l’épreuve, "vont traverser une région d’une splendeur incroyable, avec des images et des paysages à couper le souffle, offrant tant aux coureurs offensifs qu’aux sprinteurs l’occasion de s’exprimer". Voilà qui promet!

 

Depuis quelques éditions, reconnaissons-le, le Tour de France a su se renouveler et surtout, s’équilibrer. Fini l’époque où il fallait attendre dix longs jours pour commencer à réellement se passionner pour l’épreuve. Aujourd’hui, le Tour est chaque année différent et imaginatif. Outre la particularité de son départ, ce Tour 2014 débutera fort, avec une étape vallonnée dès dimanche, et une autre pavée mercredi – démarrant d’Ypres -, qui devrait déjà faire quelques dégâts. En deuxième semaine, deux étapes alpestres et trois étapes pyrénéennes viendront corser le tout, alors qu’il faudra par contre patienter jusqu’à la veille de l’arrivée sur les Champs-Elysées pour trouver trace de l’unique contre-la-montre.

 

Vainqueur sortant et forcément favori, Christopher Froome a démontré au récent Dauphiné Libéré qu’il était battable. De quoi donner, en l’absence de son dauphin de l’an dernier (Nairo Quintana, qui s’est concentré sur le Tour d’Italie) des idées à Alberto Contador ou à Vincenzo Nibali. A l’affût, les vieillissants Joaquin Rodriguez et Alejandro Valverde figurent parmi les outsiders, à l’instar des Talansky, van Garderen, Mollema et autre Jurgen Van den Broeck (photo), notre plus bel atout. Et pourquoi pas un podium belge, attendu depuis 1981?

Sur le même sujet
Plus d'actualité