[SPORT] J.O de Sotchi: Cérémonie d’ouverture

Les athlètes sont prêts. La Russie aussi. Le spectacle peut commencer à Sotchi, cadre inédit des J.O. hivernaux.

1032372

Sotchi, en bord de mer Noire, région du Caucase, environ 368.000 habitants. Avant que la ville ne soit choisie pour accueillir les Jeux Olympiques d'hiver, peu de gens connaissaient cette station balnéaire russe, terre natale du tennisman Ievgueni Kafelnikov. Elle va nous intéresser pendant quinze jours, le temps que 2.500 athlètes se défient sur les pistes de ski, de bobsleigh, de patinage, de snowboard ou de curling. Bien sûr, pour apprécier le spectacle, il faut oublier que le pays hôte est une semi-dictature gouvernée par un Vladimir qui patine très mal sur les sujets tabous. Mais si vous n'avez pas boycotté les J.O. de Pékin, après tout, c'est presque un détail. Surtout que ce vendredi, la cérémonie d'ouverture va tout mettre en œuvre pour faire oublier tout le reste, avec un show haut en couleur consacré à l'unique discours de la flamme olympique et des valeurs – avant tout sportives – qu'elle véhicule.

Avec un parcours de 123 jours pour environ 65.000 kilomètres (des cosmonautes russes l'ont même promenée dans l'espace), la flamme peut se targuer d'avoir réalisé le plus long relais de l'histoire. Dans le stade de Fisht où elle brillera ce soir, elle servira de tremplin à un défi de taille: réunir deux milliards de téléspectateurs d'ici le 23 février. Bien sûr, la RTBF compte s'offrir une (petite) part de cet immense gâteau. Si la Belgique n'a jamais vraiment été accro au rendez-vous, elle se devra de garder un œil sur ses forces en présence, aussi discrètes soient-elles. Le duo Elfje Willemsen/Hanna Mariën en bobsleigh, Bart Swings ou Jelena Peeters en patinage, Sebbe De Buck ou Seppe Smits en snowboard… Une petite dizaine de compatriotes tenteront de réaliser un exploit dans une compétition où le record de médailles d'or (107) est toujours détenu par la Norvège.

Sur le même sujet
Plus d'actualité