SIDA, une histoire coloniale

En pleine épidémie du virus Ebola, La Une diffuse deux documentaires sur un autre désastre qui touche de plein fouet le continent noir: le sida.

1218215

Le virus du sida a jusqu’ici tué près de 40 millions de personnes et infecté 30 millions d’autres. Tout comme l’actuelle épidémie d’Ebola, il est très difficile de déterminer quand et comment il s’est déployé. Où est la source? Qui a été le premier humain touché? Comment le virus s’est-il ensuite transmis, si vite, à autant de personnes? Plusieurs scientifiques, belges, congolais et américains, ont tenté de répondre à ces questions en partant de ce que tout le monde savait: 1981 est l’année de l’apparition d’un phénomène étrange, aux Etats-Unis. Des homosexuels meurent sans que l’on sache de quoi. Ils ne sont pas encore très nombreux, mais cette maladie inconnue qui les touche commence à semer la panique. On lui donne un nom: A.I.D.S. Amérique, Europe, Afrique, le virus est partout, tous les malades sont connectés par un lien invisible et pendant leur enquête au cœur de l’Afrique et plus particulièrement du Congo, les scientifiques ont du mal à remonter le fil de son histoire. Au fur et à mesure, ils se rendent compte que l’histoire des peuples et de la colonisation en Afrique a mis en place tous les facteurs pour que la maladie devienne pandémie et à la fin de ce documentaire, leurs conclusions prennent un sens particulier au vu de ce qui se passe actuellement dans le monde. L’histoire serait-elle en train de se répéter? Le deuxième documentaire s’intéresse, lui, aux scientifiques qui ont tenté de lutter contre le virus du sida, depuis sa découverte par le professeur Montagnier et son équipe de l’Institut Pasteur à Paris jusqu’aujourd’hui. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité