[SERIE] Suburgatory – Saison 2

Avec ces inédits, Suburgatory atteint enfin sa vitesse de croisière. Et ses héros, leurs repères.

1075186

La banlieue ("suburb"): un véritable purgatoire ("purgatory") pour Tessa (Jane Levy, Shameless). Cette ado que nous avions rencontrée alors qu'elle était déracinée de New York City par son papounet, George (Jeremy Sisto, Six Feet Under). Ensemble, père et fille ont donc emménagé à Chatswin. Un bled ultra-coloré perdu dans les faubourgs, censé préserver la jeune fille de ses mauvaises fréquentations citadines. Passé une période d'adaptation, le tandem est rapidement parvenu à trouver ses marques. Et ce, malgré l'excentricité des autochtones.

En ce début de saison 2 inédite, c'est la fin de l'été. Et la jolie rouquine s'apprête à reprendre le chemin du lycée, après avoir passé ses vacances à Manhattan auprès de sa grand-mère maternelle. "Elle revient chez son papa, avide d'informations sur son passé, et notamment au sujet de sa mère, introduit Emily Kapnek, la créatrice de la série. Du coup, cela va modifier l'attitude de George vis-à-vis de Tessa. Il va désormais la considérer comme une adulte, et lui apporter une plus grande attention." Cette nouvelle dynamique entre ces deux-là sera, en outre, marquée par leurs amourettes respectives.

Loin des a priori qu'ils pouvaient développer l'an passé, les deux personnages principaux de cette gentille satire vont se laisser aller au flirt. Avec Dallas (Cheryl Hines) – le cliché de la bimbo siliconée – pour George, et avec Ryan (Parker Young) pour Tessa. Un beau gosse écervelé qui n'est d'ailleurs pas au bout de ses surprises… Plus enjouée que la salve précédente, cette seconde fournée offre des moments de pur délire. Avec une mention spéciale pour la comédienne Carly Chaikin qui, dans son rôle de l'apathique Dalia (la môme de Dallas), va jusqu'à piquer la vedette à ses comparses! Tout simplement irrésistible.

 

Sébastien Barké

Sur le même sujet
Plus d'actualité