Série – Sherlock saison 2

Sherlock Holmes, le célèbre détective anglais, dévoile ses états d'âme. Surprenant!

327060

Il s'était comporté jusque-là comme un limier infaillible. Comme le veut, d'ailleurs, l'inconscient collectif. Mais voilà, en cette seconde salve d'enquêtes – elles seront au nombre de trois -, Sherlock Holmes (Benedict Cumberbatch) va se mettre à nu pour nous révéler une à une ses failles. Une volonté affichée par Steven Moffat et Mark Gatiss (Mycroft Holmes), ses "nouveaux" créateurs anglais, qui vont le confronter dans cette série d’inédits à l'amour, la peur et la mort.

Ce soir, dans Un scandale à Buckingham, adapté d'Un scandale en Bohême (1891), c'est autour des sentiments amoureux que va s'articuler l'intrigue. Le héros, né de l'imagination de Sir Conan Doyle il y a plus d'un siècle, va rencontrer Irene Adler (Lara Pulver), une mante religieuse comme on en voit rarement sur le petit écran. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle va lui faire tourner la tête!

Cet épisode introductif reviendra aussi sur la fin particulièrement haletante qui avait conclu la première saison. Où, dans un moment d'intense angoisse, Sherlock et Watson (Martin Freeman) étaient coincés face à Moriarty (Andrew Scott), leur ennemi légendaire. Comment vont-ils s'en tirer? Suspense. Mais pour ses auteurs, pas question de résumer Sherlock à un simple jeu du chat et de la souris entre un "gentil" et un "méchant".

"On a besoin de nouveaux vilains pour que le feuilleton progresse, assume Moffat. Et puis, l'œuvre originale regorge d'autres personnages tout aussi sombres." Sans jamais se reposer sur ses lauriers, cette saison 2 dépoussière une fois encore le mythe britannique. Avec panache et ambition. Surprendre: tel est le mot d'ordre. Et, ici, il est respecté à la lettre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité