[SERIE] Rectify – Saison 1

L’interprète de Rectify nous éclaire sur son personnage à l’ambiguïté fascinante.

1203289

Alors que la saison 2 bat son plein le jeudi sur Sundance Channel, Arte entame la diffusion de la première salve de Rectify. Ou l’histoire de Daniel Holden, un ex-condamné à mort de retour chez lui après avoir croupi une vingtaine d’années en taule. Aden Young, son interprète, revient avec nous sur ce succès.

Est-il essentiel de savoir si Daniel est coupable?

ADEN YOUNG. – Je ne sais pas s’il s’agit là d’un impératif pour le téléspectateur, en effet. En revanche, je suis persuadé que Ray McKinnon, le créateur de cette série, connaît la vérité au sujet de mon personnage. Mais je parierais sur le fait qu’à un moment donné, on apprendra si oui ou non il a tué Hannah.

En êtes-vous averti?

A.D. – C’est une des premières questions que j’ai posées à Ray. Mais il ne m’a jamais clairement répondu. Et c’est mieux comme ça. Si je savais Daniel responsable, je ne ressentirais plus aucune empathie pour lui. A l’inverse, si je le savais innocent, mon jeu serait également faussé.

D’où vient votre inspiration?

A.D. – Malheureusement, faute de temps, je n’ai pu rencontrer aucun détenu d’un couloir de la mort. Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion cependant de parler à un homme qui avait passé 17 ans en prison. Notre conversation m’a alors permis de réaliser que, derrière les barreaux, sa perception du temps avait été totalement différente de la nôtre, et qu’il vivait au jour le jour.

Quelles sont les grandes lignes des premières saisons?

A.D. – Dans les épisodes inauguraux, Daniel retourne à la vie dans un monde qu’il ne comprend pas. Il est presque un enfant. La deuxième fournée est quant à elle une métaphore de l’adolescence. Il lutte pour exister. Impossible pour moi de prédire s’il sera un adulte pour le troisième round. Mais à coup sûr, il représentera un nouveau rite de passage pour lui.

La saison  2 est déjà disponible sur la chaîne Sundance (21h)

Sur le même sujet
Plus d'actualité