[SERIE] Mistresses

Un titre aguicheur pour une série bien moins racoleuse qu'il n'y paraît!

1122712

Pour sûr, si les héroïnes de Mistresses (Maîtresses) devaient posséder un compte Facebook, elles inscriraient "C'est compliqué" dans le champ concernant leur situation amoureuse. Leur point commun? Etre passées maîtresses dans l'art du cocufiage. Oh les vilaines… Mais les blâmer d'entrée serait injuste. Car chacune d'elles est en mesure de se justifier. Il y a d'abord Savannah (Alyssa Milano). Une avocate au mari infertile, attirée par l'un de ses collègues. Joss (Jes Macallan), sa jeune frangine, se définit comme un "esprit libre", sans attache et ouverte à de nombreuses rencontres. Hétérosexuelles comme homosexuelles d'ailleurs. Karen (Yunjin Kim), quant à elle, s'est abandonnée dans les bras d'un homme marié. Mourant, qui plus est. Et pour ne rien arranger, cette thérapeute semble aussi en pincer pour le rejeton de son amant. Vient enfin April (Rochelle Aytes, Forgotten), une veuve qui sera bientôt rattrapée par les agissements extraconjugaux de son défunt époux… Présenté comme un "plaisir coupable" par sa chaîne de diffusion américaine ABC, Mistresses n'a rien à voir avec des productions comme Desperate Housewives ou, plus récemment, Devious Maids. Car cette adaptation d'un format britannique de 2008 se veut un soap pur et dur. Avec son lot d'intrigues complexes et de séquences on ne peut plus dramatiques. Déjà renouvelé pour une seconde saison outre-Atlantique, le feuilleton manque toutefois d'un soupçon de légèreté pour fédérer et par là même, atteindre une plus large cible. A se prendre trop au sérieux, il s'articule difficilement autour de son objectif premier. A savoir développer les conséquences de l'adultère sur la vie de ses personnages. Restent des protagonistes et des histoires attachantes. Et surtout, la joie de retrouver Yunjin Kim, quasi disparue depuis Lost.

Sur le même sujet
Plus d'actualité