Série – La smala s’en mêle

Débordante d'énergie, Michèle Bernier revient avec sa smala dans un nouvel épisode plein de rebondissements et de bonne humeur!

555461

Le 18 avril dernier, six millions de téléspectateurs découvraient une nouvelle série sur France 2: La smala s’en mêle. Une telle audience pour un téléfilm français ne s’était plus mesurée depuis avril 2008. Un succès mérité car on se laisse immédiatement emporter par l’histoire innovante et drôle, farfelue mais pas trop, de cette sympathique et énergique quinquagénaire, tenue avec finesse et justesse par Michèle Bernier, et de tous les personnages attachants qui gravitent autour d’elle.

Vous avez manqué le premier épisode? Pas de souci, le second replante le décor. À savoir qu’Isabelle Garnier, maman de trois enfants, s’est fait larguer par son mari le jour de leurs 25 ans de mariage. Agréable… Et plus élégant encore: il s’en est allé en vidant tous les comptes! Sans trop se démoraliser, elle a pu remonter la pente et vit aujourd’hui heureuse auprès de Frank, le directeur de la maison de pompes funèbres dans laquelle elle travaille. Créative, pour en relever les finances, elle s’est adjoint les services de Wanda (Julie de Bona), une ex-prostituée qui gère l’association "La vie en rose", un service d’accompagnement pour les personnes en deuil.

Mais pour l’heure, un jaguar débarque dans le jardin d’Isabelle, son mari rentre du Brésil, Frank désire emménager chez elle, un autre funérarium vient d’ouvrir sur le trottoir d’en face et Wanda veut qu’elle la transforme en bourge: "Logique, tu m’as remise sur le droit chemin, maintenant tu dois m’apprendre à marcher…". Le scénario de ce nouvel épisode de La smala s’en mêle offre de belles occasions de partir dans de gros éclats de rire. Même pour les esprits les plus chagrins. Car si Michèle Bernier porte la série sur ses épaules, elle ne fait pas pour autant de l’ombre aux autres excellents seconds rôles. Convaincante, dans toutes les tenues et situations, elle est tout simplement épatante dans l’émotion comme dans l’humour.

Sur le même sujet
Plus d'actualité