Série – La nouvelle Maud

Avant les inédits de la deuxième saison, retour sur les aventures d’une piquante strip-teaseuse dans la campagne française.

326962

Souvenez-vous. En 2010, France 3 nous invitait à faire connaissance avec une nouvelle héroïne en butte aux affres du destin: la pétillante Maud (Emma Colberti), effeuilleuse à Pigalle revenue dans son village natal à la mort de son frère. Les belles audiences du programme ont convaincu la chaîne de signer pour une deuxième saison. Avant de découvrir, dès le 31 mars, les inédits de cette mini-série, la rediffusion de la saison 1 propose dès ce soir une petite piqûre de rappel.

Partie d’Aubeterre vingt ans plus tôt, Maud, charmante trentenaire célibattante apprend que son frère, décédé accidentellement, lui confie la gérance de son café et la tutelle de ses trois enfants, déjà orphelins de mère. Un retour difficile pour la jeune femme. Les habitants voient d’un très mauvais œil l’arrivée de cette fille un peu trop belle et libre pour les mœurs locales. En plus, un mafieux du coin lui réclame les dettes de jeu d’un frère pas si sage qu’on ne le croyait. Ce qui semblait une mort accidentelle pourrait bien cacher un meurtre odieux…

Lorgnant du côté des sagas de l’été, La nouvelle Maud offre tous les ingrédients du gentil divertissement: un joli petit village du sud de la France pour décor, des secrets de famille, des meurtres, de l’amour, de la séduction et du soleil. Ici, rien de très compliqué: les personnages sont tout blancs ou tout noirs.

Très formaté, donc, tout autant que les tenues de la jolie Maud, plus courtes et affriolantes les unes que les autres. Mais il faut reconnaître que l’actrice tenant le rôle-titre se montre convaincante. Avec abattage et naturel, Emma Colberti offre une certaine épaisseur à son personnage et parvient à nous rendre attachante cette vaillante strip-teaseuse-mère de famille qui ne s’en laisse pas conter. C’est surtout pour elle, et pour la dernière apparition du récemment disparu Gérard Rinaldi, que l’on se laisse distraire par cette gentille récréation.

Sur le même sujet
Plus d'actualité