[SERIE] Fleming, L’homme qui voulait être James Bond

Ian Fleming faisait preuve d'une grande imagination. Comme ce portrait, en quatre épisodes, qui lui est dédié.

1175043

"Tout ce que j'écris possède un fond de vérité." La citation qui nous accueille en chaque début d'épisode de Fleming: l'homme qui voulait être James Bond est sans ambiguïté. Dans un premier temps, à l'évidence, elle se rapporte directement aux écrits de Ian Fleming, le "papa" de James Bond. Mais en sous-texte, elle nous prévient également que le portrait de l'auteur britannique proposé par cette mini-série n'est en rien strictement factuel. Si les spécialistes s'accordent à considérer les missions du célèbre agent secret comme l’existence rêvée de Fleming, il faut donc voir avant tout cette chronique comme une vision fantasmée du romancier anglais. Impossible ici de prendre les choses au pied de la lettre.

Bien sûr, ce feuilleton en quatre parties (les deux dernières suivront jeudi prochain) s'appuie sur des faits réels ayant marqué la vie du créateur de James Bond. Telle que sa collaboration avec les services secrets pendant la Seconde Guerre mondiale, placée au centre de l'intrigue. Histoire de ne pas abandonner trop de place à l'imaginaire, cette production de 2014 se veut en outre l'adaptation d'une biographie de John Pearson parue en 1966 (tout juste deux ans après la mort de Fleming). Le type est d'ailleurs crédité au générique comme consultant. Il n'empêche: cette transposition n'a pas été du goût de certains, qui lui reprochent vertement son manque de précision et qui ont vu dans ce récit de "nombreux mensonges".

Ceux-là n'ont pas compris que Fleming assumait ouvertement sa libre interprétation. Pour peu qu'il ne soit pas trop pointilleux, le téléspectateur devrait toutefois se laisser bercer allégrement par cette fiction de très bonne facture. Avec pour conséquence, peut-être, de lui donner envie de se replonger dans les aventures de l'espion au service de Sa Majesté.

Sur le même sujet
Plus d'actualité