[SERIE] Elementary

Ou quand les Amérloques nous livrent leur propre vision du mythe Sherlock Holmes. Déroutant.

1020250

Adapter les enquêtes de Sherlock Holmes à la sauce US, alors que d'autres transpositions sont déjà en cours (on pense au Sherlock anglais), fallait oser quand même. Mais l'oncle Sam n'aura décidément jamais froid aux yeux, et nous en fait encore une fois la démonstration avec Elementary. Cette série inédite de 2012 – toujours en cours de production outre-Atlantique – qui, à son tour, remet au goût du jour les investigations du célèbre détective anglais. Pas question pour autant de faire de ce nouveau héros un Américain pure souche: ce Sherlock-là est d’origine contrôlée 100 % british. Ça tombe bien: son interprète, Jonny Lee Miller (Dexter), est lui-même un serviteur de Sa Majesté. Le comédien, toutefois, avait d'abord décliné l’offre. Avant de changer d'avis. "C'est une opportunité qui ne pouvait pas se refuser, conçoit-il.D'autant plus que le scénario était vraiment fort et novateur au regard de tout ce que j'avais pu voir précédemment." De l'aveu du créateur Rob Doherty, Elementary entend respecter l'œuvre de Sir Conan Doyle.

Pour s'en convaincre, il suffit de jeter un œil à la personnalité du protagoniste principal. Un type asocial, aussi brillant qu'arrogant. La grande nouveauté, en revanche, nous vient du personnage de Watson. Car ici, le fameux docteur est incarné par… une femme. Et pour relever ce défi, les producteurs ont confié le rôle à Lucy Liu (Ally McBeal). Si le choix de cet acolyte féminin peut surprendre, il faut admettre que la dynamique entre les deux acteurs fonctionne à merveille. Mieux: elle écarte d'emblée toute possibilité d'amourette entre eux, évitant ainsi aux fils conducteurs de s'embourber dans des clichés. De quoi satisfaire les aficionados du mythe, qui auront également le plaisir de retrouver d'autres références issues de l'univers original. Une belle surprise.

Sur le même sujet
Plus d'actualité