Série – Dollhouse

Pour sa dernière création télé en date, le papa de Buffy contre les vampires a décidé de jouer à la poupée.

496681

Il était le créateur de Buffy. Elle en était l’une des vedettes secondaires, dans le rôle de Faith, une tueuse de vampires peu commode. Depuis l’arrêt de la série fantastique devenue culte, après sept saisons de production, Joss Whedon et Eliza Dushku n’ont jamais perdu le contact.

Et c’est au cours d’un déjeuner que l’idée de développer ensemble une nouvelle série leur est venue. Un remue-méninges long de quatre heures au cours duquel le scénariste a admis être taraudé par le concept d’identité, tandis que la comédienne mettait en exergue son envie d’incarner un grand nombre de rôles variés.

C’est là qu’est né Dollhouse (traduisez par "maison de poupées"), un concept novateur dans lequel évoluent une bande d’agents secrets pas comme les autres. Ces "Actifs" – comme on les appelle – ont pour particularité de s’être débarrassés volontairement (mais pour une durée déterminée) de leur esprit originel. Et à chaque nouvelle mission, ils se voient implanter une personnalité différente. D’aucuns diraient que ces cobayes ont vendu leur âme au diable, tant les desseins de l’organisation à laquelle ils ont loué leur enveloppe charnelle semblent suspects…

Parmi ces "poupées", Echo (Eliza Dushku), l’une des recrues les plus charismatiques, semble cependant retrouver quelques bribes de son passé. Alors qu’en parallèle, Paul Ballard (Tahmoh Penikett, Battlestar Galactica), un agent du FBI, espère révéler au grand jour cette société secrète pour mieux en dénoncer les agissements.

Mise à l’antenne en 2009 aux Etats-Unis, et malgré le caractère original et enlevé de cette première salve, Dollhouse (desservie par une seconde saison bien trop sombre) n’aura pas survécu aux foudres de l’Audimat. Un échec télévisuel de plus, après celui de Firefly, pour le scénariste d’Avengers.

Sur le même sujet
Plus d'actualité