Secrets d’histoire: Le Vatican

À part un nouveau pape, qu'abrite le Vatican? Petit tour d’horizon de ce mystérieux État, avec ses codes, ses richesses et ses secrets.

814449

Sous le feu des médias depuis la démission de Benoît XVI, le Vatican a accueilli, quelques jours, l’équipe de Secrets d’histoire, avant d’élire le nouveau chef de l’Église catholique. Depuis Rome où il achevait le tournage de l’émission, Stéphane Bern lève le voile sur cet épisode papal.

L’émission était-elle prévue avant la démission de Benoît XVI?
Non, nous en avions tourné une sur Jésus et "le papa" est passé devant, si je puis dire. Nous avons alors décidé de proposer une histoire du Vatican, avec un axe très particulier sur les grandes familles qui ont donné des papes. On parle beaucoup des Borgia, mais il y a aussi les Colonna, les Orsini.

Comment s’est passé le tournage dans l’effervescence du conclave?
J’aurais cru que ce serait beaucoup plus compliqué. En réalité, je n’ai jamais tourné aussi facilement sur la place Saint-Pierre! Nous avons eu accès à tous les lieux importants, à commencer par la chapelle Sixtine, et à beaucoup d’images d’archives. Je pense que le Vatican a conscience de l’importance de rendre son histoire publique. Et Secrets d’histoire n’est pas une émission polémique, même si l’on n’occulte pas les pages sombres. Il y a un sujet sur les archives secrètes du Vatican, par exemple. C’est fabuleux de pénétrer dans cette mémoire du catholicisme. L’histoire des États pontificaux, faite de controverses et de bouleversements avec le départ des papes en Avignon, est encore mal connue. Au fond, c’est une monarchie, très aristocratique en plus. Les gens ne s’en rendent pas forcément compte.

Qu’est-ce qui vous a particulièrement marqué durant le tournage?
J’ai découvert beaucoup de choses sur le protocole du Vatican. Cette magie du cérémonial participe aussi au mystère de la foi. Mais s’il exerce un magistère moral, ce petit État est aussi une capitale artistique incroyable. Les papes étaient des mécènes, des collectionneurs qui s’intéressaient au pouvoir temporel plus qu’au pouvoir spirituel. Les plus grands artistes – Michel-Ange, Raphaël… – ont œuvré ici. À ce titre, le palais Colonna restera l’un des plus grands moments du tournage: c’est un lieu magique, d’une richesse et d’une beauté formidables.

Sur le même sujet
Plus d'actualité