Robin des bois, ne renoncez jamais

Une comédie musicale avec M. Pokora, le cocktail a tout pour effaroucher nos neurones mal remis de la gueule de bois de la veille.

1255145

Ouf, rendons justice au justicier, il s'est révélé très bien, ce Robin. Enfin, préliminaire indispensable, si l'on aime les comédies musicales enlevées, portées par des artistes enthousiastes et des ados hurlantes, bref, les shows à l'américaine. Dans la forêt de Sherwood, notre Matt, artiste masculin francophone de l'année aux NRJ Music Awards 2014, a confirmé qu'il n'est pas qu'un danseur de salon pour TF1. Il a tenu. Assuré des représentations à rallonge, d'une tournée européenne, sur scène tous les soirs, à donner de lui-même et de sa sueur au service d'un spectacle à la hauteur. Coaché par le Cirque du Soleil, le chanteur-danseur virevolte parmi une troupe déchaînée, joue au brigand ténébreux sous capuche en cuir, chante dans des décors – souvent – féeriques et interprète, timbre clair, voix nette, des textes empreints de valeurs et de bons sentiments. Un monde à changer. Rêver les jours.  Toujours voler les riches pour nourrir les pauvres. Et sauver son fils.

Car dans cette version, le héros de Walter Scott est papa d'un môme de 15 ans. Génétique oblige, le bambin n'a rien trouvé de mieux que de tomber amoureux de la fille de l'infâme Sheriff… Voilà l'histoire relancée, portée par les thèmes efficaces signés Corneille, Frédéric Château ou Matthieu Mendès. Du bon grand "pestacle". – H.D.

Sur le même sujet
Plus d'actualité