Retour à Twin Peaks sur Arte

Décalée, novatrice, intemporelle. Deux décennies plus tard, la série hallucinante de David Lynch revient nous hanter.

28168

Qui a tué Laura Palmer? C’est la question que tout le monde se pose à l'aube des années 1990, quand David Lynch et Mark Frost lâchent Twin Peaks. Vingt ans plus tard, on n’en revient toujours pas. Les anti-héros des Sopranos, l'intrigue de Lost ou les dialogues des Mad Men n’y changeront rien. Cette série policière surréaliste est sans doute l’ovni télévisuel le plus marquant de toute l’histoire, source de bien des influences (de X-Files à Six feet Under).

Twin Peaks, c’est d’abord une ville. Une petite bourgade trop typique, voire utopique, égarée dans le temps et dans les régions boisées de l’Etat de Washington. C’est aussi une ambiance pesante et intrigante bercée par l’incroyable bande son d’Angelo Badalamenti, fidèle collaborateur de Lynch et auteur de la BO de Blue Velvet et de Sailor et Lula. Une musique qui joue un rôle à part entière et rend plus singulière encore la galerie de personnages.

Avec ses répliques improbables et ses méthodes de travail dictées par les rêves et les hallucinations, l’agent fédéral Dale Cooper (Kyle MacLachlan) illustre à lui seul le ton de la série. Un savant mélange des genres entre la fiction policière, la comédie burlesque et le surnaturel. Du David Lynch diablement maîtrisé! Trop avant-gardiste peut-être… Face aux audiences en berne, le feuilleton n'aura malheureusement pas droit à une troisième saison. Malgré les larmes des fans qui criaient au scandale… D’autant que l’épisode final est sans doute le plus contesté de toute l’histoire des séries. Génie ou arnaque? Près d’un quart de siècle plus tard, ce feuilleton n’a pas pris une ride et suscite toujours autant la polémique.

19 avril: Arte – 22h30: Twin Peaks

Sur le même sujet
Plus d'actualité