Résistance: la bataille de l’argent

Juillet 1944. Un train est détourné par 150 résistants au cœur de la Dordogne. À la clé, un butin extraordinaire: plus de deux milliards de francs.

657769

La résistance peut alors se considérer comme riche, mais il n’en a pas toujours été ainsi. Lorsque de Gaulle part à Londres, après la déroute française de juin 40, ses poches sont quasi vides. Il a tout au plus 100.000 francs pour tenter de faire vivre son gouvernement en exil. Autrement dit, une misère. Si bien que la quête d’argent va rapidement devenir sa première préoccupation.

Documentaire inédit sur un sujet plus inédit encore, Résistance: la bataille de l’argent démarre avec les accords passés entre de Gaulle et Churchill: le Vieux Lion avait accepté de financer les recrues du général, à condition d’être remboursé à la fin de la guerre.

On y découvre aussi que les Français des colonies envoyaient des dons pour des ambulances ou des vivres tandis que les premiers résistants crevaient la faim. Et que dans les coulisses diplomatiques, Roosevelt, préférant le général Giraud à de Gaulle, manigançait pour lui couper les vivres. Un document à ne pas manquer sur une facette rarement explorée de la guerre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité