Reporters: Arnaques et vieilles dentelles

Les personnes âgées sont des proies faciles. Victimes de combines de plus en plus nombreuses, elles témoignent.

833609

Les chiffres de la Police fédérale n’ont rien de rassurant: en 2012, pas moins de 11.000 personnes âgées ont porté plainte après avoir été victimes d’escroqueries. Par rapport à 2011, cela représente une augmentation effrayante de 20 %.

Autrement dit, il est plus que temps d’ouvrir l’œil et le bon. C’est justement ce que propose le magazine Reporters, qui a décidé de se pencher sur le phénomène en décortiquant les différentes méthodes des filous et en donnant la parole à ceux qui ont réussi à sortir de leurs griffes…

Intimidation et vols à la ruse constituent une grande partie des cas. Mais parfois, le scénario mis en place est beaucoup plus élaboré. Ici, l’escroc simule un accident de la route. Là, il se présente comme un expert en bâtiment qui persuade sa proie de la nécessité de travaux de rénovation. La police a déjà même recensé des cas de faux… policiers.

Et on ne parle même pas des arnaques par téléphone ou des usurpations d’identité via le web (oui, le troisième âge sait surfer). Le point commun? L’abus de faiblesse. Le résultat? Des personnes qui se retrouvent ruinées sans trop comprendre pourquoi, victimes de leur manque de vigilance ou de leur crédulité.

C’est dans les vieilles casseroles qu’on fait les meilleures arnaques. Et si la cuisson est évidemment assurée par les gens les plus lâches de notre plat pays, il devient urgent de répondre à quelques questions.

Comment lutter contre ces aigrefins sans scrupule? Comment protéger leurs cibles? La réponse est d’autant plus délicate que, fréquemment, ce sont les proches eux-mêmes de la personne âgée qui jouent les truands. Et quand ce sont carrément leurs enfants qui façonnent les pièges, on comprend ceux qui aiment répéter qu’il n’y a plus de jeunesse…

Sur le même sujet
Plus d'actualité