Prohibition: une expérience américaine

"Demain, nous risquons de mourir. Alors saoulons-nous et faisons l'amour".

652807

Lois Long, chroniqueuse américaine des années folles, passablement délurée, officiait sous le nom de Lipstick au New Yorker. Elle n'a cessé de conter les vapeurs d'alcool émanant des bars interdits durant la prohibition, à l'instar de Francis Scott Fitzgerald.

En 1920, après plus d'un siècle de lobbying intensif des baptistes, presbytériens, quakers et autres luthériens, le 18e amendement interdit la production et la vente d'alcool. L'événement ne sert pas que de décor à Tintin en Amérique, mais bien à la transformation radicale des États-Unis, qui vont se diriger lentement vers la Grande Dépression.

Arte nous imbibe génialement, avec des barriques de détails, des conséquences de cette décision, opposition entre des campagnes sobres et des villes alcooliques et montée du crime organisé à la Al Capone en tête.

Sur le même sujet
Plus d'actualité