Polynésie, de Tahiti à Bora-Bora

Faut pas rêver vend du rêve, des lagons bleus et de l'évasion dans la myriade d'îles polynésiennes. Mais aussi une vision par delà les stéréotypes des sociétés qui y habitent.

1232393

De Hawaii à la Nouvelle-Zélande et de l'île de Pâques à Tuvalu, la Polynésie étend ses eaux bleues immenses sur tout le Pacifique centre et sud. Au total, plus d'un millier d'îles la composent, divisées en dix-neuf territoires, qui soit sont soit des Etats indépendants (Tonga, les îles Cook, par exemple), soit sont reliés à d'autres nations (Pitcairn appartient ainsi au Royaume-Uni). Ils partagent entre eux des traits culturels, linguistiques ou religieux, mais au final, au-delà des innombrables lagons et plages de sable fin qui font rêver tout voyageur, nous ne savons pas grand-chose de la Polynésie et de ses peuples. Une des portes d'entrée serait de regarder de très près les œuvres de Gauguin. Parti vers la Polynésie alors qu'il venait de conclure une belle vente, le peintre y réalisera quelques-uns de ses plus beaux tableaux. On connaît également l'amour de Jacques Brel pour les îles Marquises, ou les aventures de Melville par-delà le Pacifique, qui lui inspirèrent deux romans. Philippe Gougler, dans ce numéro de Faut pas rêver, se plonge, lui, dans une contemplation de la Polynésie mais aussi de ses traditions. Il nous emmène goûter un cochon cuit dans un four typique de Tahiti. On découvre aussi l'importance des marae, ces lieux de culte construits en pierre volcanique, dans la relation avec les ancêtres. Côté nature, on plongera à la découverte des coraux et, surtout, des actions entreprises pour les réimplanter et les sauvegarder, avant de plonger au cœur des îles, dans les montagnes, en compagnie de pompiers sauveteurs qui n'ont pas froid aux yeux.

Sur le même sujet
Plus d'actualité