Persuasion

La romancière britannique Jane Austen reste curieusement hyper-tendance. La preuve, Arte lui confie son été.

898859

Face aux forcenés de l’écriture qui, de nos jours, pondent un bouquin par an afin de garder la cote dans les librairies, Jane Austen apparaît comme une belle paresseuse. Ses œuvres majeures se comptent en effet sur six doigts à peine, et deux de celles-ci ont été publiées à titre posthume. C’est peu. C’est pourtant avec ce maigre bagage que la romancière a voyagé à travers les décennies et même les siècles.

Née en 1775, miss Austen a publié la plupart de ses romans entre 1811 et 1817, en ignorant certainement que le XXIe siècle en parlerait encore… Le secret de cette longévité? Les Britanniques, bien sûr, qui n’ont jamais cessé de souligner l’étonnante modernité de ses histoires, de ses personnages ainsi que des sentiments et des questions morales ancrés en eux.

Au-delà de son romantisme suranné et de ses amourettes frigides, la littérature d’Austen continue de séduire grâce à ses héroïnes sans âge. Des femmes qui, éprises d’un statut social et d’une sécurité économique, revendiquent leurs libertés de séduire, d’aimer, de pécher et de manipuler quelques mâles, tout en s’accordant sur l’idée – beaucoup plus conservatrice – que le mariage reste la plus évidente des finalités. Des gentes dames que la BBC (encore ces Anglais!) décidait de ressusciter il y a peu pour la énième fois. Des adaptations des six romans clés de l’auteure ont été mises en boîte: Raison et sentiments, Orgueil et préjugés, Mansfield Park, Emma, Northanger Abbey et Persuasion (dans l’ordre de leur sortie). L’année dernière, Arte nous relayait les deux premiers. Cet été, la chaîne franco-allemande boucle la boucle en diffusant les quatre suivants, chaque jeudi à 20h50. Elizabeth II sera devant son écran. Qui l’aime la suive…

Sur le même sujet
Plus d'actualité