Paris

Au cinéma, Klapisch avait filmé son Paname.

1263275

Pour Arte, Virginie Brac (Engrenages, Les beaux mecs) signe son portrait de la capitale française en six épisodes. A la manière d’un Short Cuts,Paris se déploie autour de la vie de douze personnages, bourgeois, prolos ou malfrats, durant 24 heures. La scénariste voulait des lieux emblématiques: Matignon, Pigalle, le Palais de justice, mais aussi la Sorbonne et ses étudiants, l’Opéra et le monde des marchés… pour finalement ne garder que ce que l’on a l’habitude de voir dans les fictions. Dans ce microcosme parisien, un Premier ministre menacé de tomber pour corruption, un procureur de la République qui n’aime plus sa femme, une déléguée syndicale de la RATP, un indic et une transsexuelle se croisent. Paris partage son ADN avec Engrenages (même producteur, même réalisateur), lorgne un peu sur State Of Play et réussit ses personnages là oùLes hommes de l’ombre se rate. Son casting solide et sa mise en scène rendent la balade intrigante, parfois émouvante, mais rien de nouveau sous le ciel de Paris. – C.V.

Sur le même sujet
Plus d'actualité