Non élucidé: Suzanne Viguier, l’inexplicable absence

Avis aux amateurs de faits divers: Non élucidé revient sur une disparition mystérieuse et très médiatisée.

1351915

Le cycle Faites entrer l’accusé est terminé. Mais que les couche-tard du dimanche soir qui aiment se plonger dans les noirceurs de l’âme humaine se rassurent. Arnaud Poivre d’Arvor prend le relais avec des affaires criminelles non résolues. L’émission, qui devrait nous occuper jusqu’à l’été, propose huit numéros inédits oscillant entre cas peu connus et affaires notoires. A commencer par celle de Suzanne Viguier. Cette histoire, qui a déjà intéressé de nombreuses émissions, dont FELA, a notamment inspiré à Jean-Xavier de Lestrade le téléfilm Disparition, en 2014.

Suzanne Viguier, 38 ans, disparaît à Toulouse le 27 février 2000, sans que jamais son corps ne soit retrouvé. Cette mère de famille, épouse d’un professeur de droit, évolue dans le milieu de la nuit – elle monte des spectacles de cabaret. Mais l’enquête se concentre sur l’intimité de son couple en crise. Olivier Durandet, son amant, accuse le mari. La personnalité froide et hautaine de Jacques Viguier, perçu comme un notable, le place en coupable idéal. D’autant plus qu’étrangement il s’est débarrassé du matelas sur lequel dormait son épouse. L’instruction se fait à charge. Mais les excès de zèle de l’amant créent un trouble. L’absence de preuves matérielles, la faiblesse du mobile (refus de divorcer) et la présence de ténors du barreau à la défense conduisent à l’acquittement de Jacques Viguier lors de ses deux procès. Le mystère reste entier.

Non élucidé se donne pour mission de réveiller les "cold cases"avec des appels à témoins et pointe ainsi les différentes pistes non exploitées par l’enquête. Au-delà de l’intérêt judiciaire, les petites mises en scène réunissant l’animateur et son acolyte, Jean-Marc Bloch, leurs tics de langage, font le sel de cette émission.

Sur le même sujet
Plus d'actualité